Navigation – Plan du site
Notes de lecture

García-Arenal (Mercedes), éd., Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen

Paris : Maisonneuve et Larose, 2001, 460 p.
Alexandre Popovic
p. 270-272
Référence(s) :

García-Arenal (Mercedes), éd., Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris : Maisonneuve et Larose, 2001, 460 p.

Texte intégral

1Le thème des conversions religieuses est très à la mode. Déjà il y a six ans, en mars 1996, a eu lieu à Rome un colloque intitulé « Conversioni nel Mediterraneo », organisé par Anna Foa et Lucetta Scaraffia, qui a abouti à un très beau livre collectif publié dans la revue de l’Université « La sapienza » de Rome, Dimensioni e problemi della ricerca storica (n° 2 de 1996), qui traitait, à travers une vingtaine de contributions, de la théorie de la conversion religieuse en général, du problème des origines de ce phénomène (prosélytisme juif et paganisme), des conversions entre les différentes religions monothéistes, et enfin des conversions à l’intérieur du christianisme.

2L’ouvrage dont il est question ici traite d’un problème plus précis, à savoir des conversions à l’islam dans la zone méditerranéenne. Il est (comme l’explique longuement M. García-Arenal dans son Introduction [p. 7-15, cf. p. 8-9]), « le produit de deux tables-rondes organisées dans le cadre du projet de recherche [intitulé] « Individu et société dans le monde méditerranéen musulman » financé par la Fondation Européenne de la Science (ESF) et au sein des activités de l’atelier VI « Attitudes et expériences religieuses » ». La majorité des contributions de ce volume provient de la première de ces tables rondes qui a eu lieu à Rome en septembre 1997, sur la « Conversion à l’Islam dans le monde musulman méditerranéen ». Cette table ronde, tenue à la Escuela Española de Historia y Arqueologia (CSIC) a été le produit de la collaboration des participants du projet de l’ESF et de ceux du projet de recherche du Centre de Recherches Historiques de Paris (EHESS/CNRS). Ce projet avait pour titre « Conversion, intégration, exclusion. Étude comparée des religions du Livre ». La seconde table-ronde s’est tenue à Istanbul en juillet 1998 en partant des questions issues des discussions de la première réunion. Sous le titre « Piété individuelle et modes d’appartenance », cette table-ronde a fourni l’occasion de modifier et compléter les présentations de Rome, enrichis au cours des débats. Une partie des contributions à la table-ronde d’Istanbul est incluse dans le présent volume, le reste a été publié comme dossier monographique à la revue Al-Qantara, 21, 2 (2000) sous le titre « Experiencias religiosas y pertenencia a la comunidad ». Ce livre n’est donc pas une collection d’actes mais le produit d’une réflexion collective qui s’est déroulée au cours de ces deux années. Les différences méthodologiques dues non seulement aux diverses disciplines des participants (historiens, arabisants, turcologues) mais surtout à la diversité - intentionnelle - de leurs nationalités, ont contribué à la richesse des approches et des points de vue.

3Le volume contient une vingtaine de contributions, dues la plupart du temps à des spécialistes chevronnés. Il est divisé en trois parties : Moyen Âge, Siècles modernes et Époque contemporaine. Dans la première partie, on traite des récits des conversions à l’islam dans le monde arabe « classique », d’après les récits figurants dans le célèbre « Livre des classes » (Kitâb al-tabaqât) d’Ibn Sa’d (m. en 845), (G. Calasso, pp. 19-47) ; de l’islamisation et de la conversion des Juifs (D. J. Wasserstein, pp. 49-60) ; du cas de la conversion en Andalousie, des enfants vivant aux frontières du monde musulman (A. Fernández-Félix, pp. 61-71) ; des « conversions » - c’est-à-dire de passage d’une école juridique (madhhab) à une autre, donc à l’intérieur de l’islam -, de l’illustre poète, historien, juriste, philosophe et théologien andalou, Ibn Hazm (m. en 1064), (C. Adang, pp. 73-87) ; des rêves et de la raison, à propos du rôle des autobiographies des convertis dans les polémiques religieuses (M. García-Arenal, p. 89-118) ; et de la conversion d’un groupe de chevaliers musulmans au christianisme, dans la Castille, au XVes. (A. Echevarría Arsuaga, pp. 119-138).

4La partie consacrée aux siècles modernes contient des analyses et réflexions : sur la conversion à l’islam d’Adam Neuser au XVIes. (D. de Courcelles, pp. 141-149) ; sur la réinscription lignagère et les redéfinitions sexuelles des convertis dans les cours maghrébines aux XVIe-XIXes. (J. Dakhlia, po. 151-171) ; sur les conversions du christianisme à l’islam, puis de l’islam au christianisme (aux XVIe-XVIIes.) d’un portugais, et de plusieurs autres « elches », c’est à-dire de « ceux que que les Maures considèrent comme des chrétiens, et les chrétiens comme des Maures », (F. R. Mediano, pp. 173-192) ; sur « Musulmans et conversions en Espagne au XVIIes. » (B. Vincent, pp. 193-205) ; et sur les Européens convertis à l’islam au Maghreb, ainsi que sur les écrits polémiques au sujet des Moriscos (G. A. Wiegers, pp. 207-223).

5La partie concernant l’époque contemporaine est particulièrement riche et traite des cas très variés du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Empire ottoman : « Relations intercommunautaires et changements d’affiliation religieuse au Moyen-Orient (XVIIe-XIXe siècles) » (L. Valensi, pp. 227-244) ; « Frontières confessionnelles et conversions chez les chrétiens orientaux (XVIIe-XVIIIe siècles) », (B. Heyberger, pp. 245-258) ; « Conversion religieuse et identités nationales en Egypte dans la première moitié du XXe siècle » (F. Abécassis, pp. 258-299) ; « » Saving sinners, even Moslems ». The Arabian Mission in the Arabian Gulf » (J. Zdanowski, pp. 301-309) ; « Conversion à l’islam à l’époque coloniale » (S. Bono, p. 311-323) ; « Logiques de l’abjuration et de la conversion à l’islam en Tunisie aux XIXe et XXe siècles » (M. Kerrou, pp. 325-365) ; « Les conversions dans le Maroc contemporain (1860-1956). Présentation et étude d’un corpus » (M. Kenbib, pp. 367-397) ; « Aperçu sur l’islamisation des Arméniens dans l’Empire ottoman : le cas des Hamshentsi / Hemshinli » (C. Mouradian, pp. 399-419) ; « Conversion and ideological reinforcement : the Yezidi Kurds » (S. Deringil, pp. 419-443) ; « From religious conversion to cultural assimiliation : some remarks on the fates of Polish immigrants in the Ottoman Empire (1831-1849) », (J. Zdanowski, pp. 445-455).

6Il s’agit donc à l’évidence, d’après cette rapide présentation, d’un ouvrage extrêmement riche et savant qu’il y a lieu de saluer très chaleureusement, du fait qu’il démontre à travers une documentation énorme la complexité des situations et des problèmes, qui doivent tous être maniés avec une extrême prudence. Cela d’autant plus que beaucoup de gens, par paresse ou par ignorance, succombent à la tentation de vouloir tout juger sans nuances, « en noir et blanc », et présentent des simplifications hatives, dont les media sont si friands. On remarque aussi, l’absence de textes traitant des cas de conversion à l’islam dans la Péninsule balkanique, mais un autre ouvrage concernant ce sujet, à savoir une Bibliographie raisonnée sur les conversions à l’islam dans les Balkans et en Asie Mineure à l’époque ottomane, contenant plus de six cents compte-rendus d’études et travaux parus avant l’année 2001, et préparé en collaboration internationale sous les auspices de l’École française d’Athènes, devrait paraître vers la fin de l’année 2003.

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Popovic, « García-Arenal (Mercedes), éd., Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen », Balkanologie, Vol. VI, n° 1-2 | 2002, 270-272.

Référence électronique

Alexandre Popovic, « García-Arenal (Mercedes), éd., Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen », Balkanologie [En ligne], Vol. VI, n° 1-2 | décembre 2002, mis en ligne le 04 février 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://balkanologie.revues.org/1722

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page