Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Nikolov (Rajko), Diplomacija na četiri oči. lz dnevnika na edni bǎlgarski poslanik v Jugoslavija [Diplomatie entre quatre-z-yeux. Extraits du journal d’un ambassadeur bulgare en Yougoslavie]

Sofia : Lik, 1999, 304 p.
Bernard Lory
p. 280-281
Référence(s) :

Nikolov (Rajko), Diplomacija na četiri oči. lz dnevnika na edni bǎlgarski poslanik v Jugoslavija [Diplomatie entre quatre-z-yeux. Extraits du journal d’un ambassadeur bulgare en Yougoslavie], Sofia : Lik, 1999, 304 p.

Texte intégral

1Les souvenirs, mémoires et journaux intimes, qui sont, de plus en plus nombreux à paraître, nous ouvrent des perspectives sur des aspects de la période communiste qui paraissaient fort opaques aux observateurs étrangers. La manie du secret voilait de mystère des événements ou des enjeux, dont nous commençons à prendre les véritables dimensions. Les notes de Rajko Nikolov nous permettent ainsi de mieux cerner les relations inter balkaniques, lors d’une période relativement calme, à savoir les années 1978-1983. Etre ambassadeur de Bulgarie à Belgrade à cette époque n’est pas une position enviable. La Bulgarie ne cesse en effet de clamer publiquement que, grâce au socialisme, ses problèmes de voisinage sont résolus, tandis que la Yougoslavie ne perd pas une occasion pour dénoncer le nationalisme de sa voisine à propos de la question macédonienne. Situation paradoxale qui oblige l’ambassadeur à avaler maintes couleuvres... Le paradoxe est décortiqué minutieusement au long du livre. La politique balkanique de la Bulgarie est menée directement par Todor Živkov (Petăr Mladenov, ministre des Affaires étrangères apparaît comme un personnage extraordinairement falot) qui, pour des raisons idéologiques, ne peut en aucun cas se démarquer ni s’opposer à la ligne politique de Georgi Dimitrov, la grande icône du communisme bulgare. Or ce dernier avait, lors des rencontres de Bled et d’Evksinograd en 1947, reconnu l’existence d’une minorité macédonienne en Bulgarie, décision allant radicalement à l’encontre du sentiment général de la nation. La rupture entre Tito et Staline, suivie par la mort de Dimitrov, avait permis d’abandonner rapidement cette ligne, sans avoir à la dénoncer. Les Yougoslaves, de leur côté, ne cessent de revenir sur la question et de réclamer la prise en compte des droits nationaux de la minorité macédonienne du Pirin. Revendication de pure théorie, car les Yougoslaves, qui peuvent voyager en Bulgarie, savent fort bien qu’il n’y a aucun mouvement populaire, en Macédoine du Pirin, pour étayer leur revendication.

  • 1  On retrouve tous ces éléments soigneusement exposés dans l’étude de Troebst (Stefan), Die bulgaris (...)

2Les notes de l’ambassadeur Nikolov viennent opportunément nous rappeler un des mécanismes de fonctionnement de la fédération yougoslave que l’on tend un peu trop à oublier. A côté de la « fraternité et unité » prônée entre les peuples et nationalités de la Fédération, le régime a systématiquement entretenu une tension xénophobe, tournée contre l’Italie et l’Autriche à certaines périodes, et contre l’Albanie et la Bulgarie, de façon constante. Toutes les démarches d’ouverture bulgares sont repoussées avec arrogance ou transformées en dialogue de sourds. Serbes et Macédoniens sont, bien sûr, les interlocuteurs les plus désagréables. Le quotidien est fait de petites piques, d’outrances médiatiques, de règlement de comptes entre vieux militants communistes rédigeant leurs mémoires1. Le morceau de bravoure du livre, c’est l’entretien orageux entre Todor Živkov et Lazar Koliševski, le soir même des funérailles de Tito (pp. 157-161).

3Pour le reste, l’ouvrage n’a pas d’événements majeurs à rapporter. Nous voyons au jour le jour les répercussions sur la politique balkanique de l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS, de la crise des missiles entre les deux superpuissances, des événements de Pologne, etc. Nous trouvons un regard bulgare sur la répression au Kosovo en 1981, la mort de Mehmet Shehu, l’arrivée au pouvoir du PASOK. Nous voyons fonctionner les lourds rouages d’une diplomatie timorée, vivant dans la hantise de déplaire à Moscou.

Notes

1  On retrouve tous ces éléments soigneusement exposés dans l’étude de Troebst (Stefan), Die bulgarische-jugoslawische Kontroverse um Makedonien 1967-1982, München / Oldenbourg, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lory, « Nikolov (Rajko), Diplomacija na četiri oči. lz dnevnika na edni bǎlgarski poslanik v Jugoslavija [Diplomatie entre quatre-z-yeux. Extraits du journal d’un ambassadeur bulgare en Yougoslavie] », Balkanologie, Vol. VI, n° 1-2 | 2002, 280-281.

Référence électronique

Bernard Lory, « Nikolov (Rajko), Diplomacija na četiri oči. lz dnevnika na edni bǎlgarski poslanik v Jugoslavija [Diplomatie entre quatre-z-yeux. Extraits du journal d’un ambassadeur bulgare en Yougoslavie] », Balkanologie [En ligne], Vol. VI, n° 1-2 | décembre 2002, mis en ligne le 04 février 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://balkanologie.revues.org/1882

Haut de page

Auteur

Bernard Lory

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page