Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Alice KRIEG-PLANQUE, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire

Paris : CNRS éditions, 2003, 528 p.
Patrick Michels
p. 231-233
Référence(s) :

Alice KRIEG-PLANQUE, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris : CNRS éditions, 2003, 528 p.

Texte intégral

1Constitué des chapitres 3 et 6 de sa thèse soutenue à l'université de paris 13, en science du langage en 2000, ce travail d'analyse de discours ne s'intéresse pas aux revendications des acteurs, mais à qui en a rendu compte, par quel moyen, dans quel lieu.

2Le corpus utilisé est constitué de la presse écrite (quotidiens, hebdomadaires, mensuels), extra-médiatique (revues, livres, bd, brochures, chansons, tracts).

3A. Krieg-Planque se penche sur la fonction que remplit la formulation, l'utilisation stratégique des termes, le jeu des mots, le sens qu'ils portent, transportent, déportent. Elle rappelle qu'il existe plusieurs versions d'un événement (une seule est vraie, « l'auteur de la version fausse soit se trompe, soit ment », p. 211).

4L'auteur examine les 3 néologismes que sont « purification », « nettoyage » et « épuration » ethnique, afin de voir s'il s'agit bien d'une « formule », c'est-à-dire un « objet descriptible dans les catégories de la langue » (p. 14), objet tout à la fois dominant et perpétuellement questionné (p. 18), ou référant social (p. 20), autrement dit qui fait sens en soi.

5Le substrat événementiel est constitué de 5 « épisodes » : la découverte des camps en été 1992 ; la découverte des viols en hiver 1992-1993 ; la décision du général Morillon de rester à Srebrenica, en mars-avril 1993 ; la chute d'un obus sur le marché de Sarajevo en février 1994 ; et la prise imminente de Gorazde en avril 1994. Ces cinq événements marquent des tournants dans les discours tenus (p. 31) : répétition du projet nazi ; problème social ; paroxysme du discours envahi par la mauvaise conscience et la culpabilité ; « réveil des consciences » ou non ; polémique sur les faits.

6Les trois néologismes (purification / nettoyage / épuration) sont « pour une majorité de locuteurs une seule et même formule » (p. 224) ; ils relèvent d'un même paradigme désignationnel. Son analyse de trois journaux entre 1980 et 1994, le Nouvel observateur, l'Express et le Monde, montre que les trois variantes les plus utilisées et leur hiérarchie sont les mêmes : purification, nettoyage, épuration (p. 225). Mais leur apparition est récente, et s'est opérée dans le contexte du conflit yougoslave des années 1990 : en fait, la découverte des camps marque l'apparition de « purification ethnique » en tant que formule (p. 36). Les périodes de fort emploi de la formule coïncident avec des périodes de forte médiatisation du conflit yougoslave (p. 241).

7La formule n'est pas apparue d'un coup. Elle provient de « ethniquement pur », protoformule (p. 243). Elle devient d'un « mot des Albanais du Kosovo selon les Serbes », un « mot des Serbes selon les instances politiques internationales »(p. 260s), se déplaçant géographiquement du Kosovo à la Bosnie-Herzégovine (procès 1983), pour arriver à la Croatie pure de Tudjman, et aux zones serbes pures ; les accusateurs changent aussi : 1/ journalistes, Yougoslaves (Serbes, communistes) ; 2/ militants, instances politiques internationales, ce qui soulève le problème de l'information, la dépendance des sources (pp. 280-285).

  • 1 Même si deux occurrences « épuration ethnique » ont paru en France en 1941, il n'en a plus été fait (...)

8Si l'apparition de la « formule » est très visible1, déterminer à qui imputer ce néologisme n'est pas évident. Puisque l'expression apparaît d'abord dans la presse, on pourrait penser à un journaliste, mais il faudrait plutôt chercher une « personne qui évolue principalement dans la sphère du politique, de l'humanitaire, de la recherche, de la littérature ou encore qui intervient dans l'ensemble de ces domaines et qui est en outre préposée à l'expression d'une opinion (“intellectuel”) » (p. 296). En fait, ce sont les sources de parole qui emploient l'expression que les récitants français traduisent par « purification » ou « nettoyage ethnique » (qui sont, comme dans le cadre de la proto-formule, ceux qui accusent). Elle est rapportée en France par ceux qui sont sur place et apparaît donc comme un « néologisme par traduction » (p. 305)

  • 2 Ce mot d'ordre, bien qu'estimé rattaché à la Deuxième Guerre mondiale, fait en fait référence à cel (...)
  • 3 Toutefois, le langage étant porteur de sens, nous noterons, bien que cela ne soit pas le sujet de s (...)

9A. Krieg-Planque doit également passer en revue les autres mots d'ordre : « ajouter la guerre à la guerre » (Mitterrand), « plus jamais ça », « nous ne pourrions pas dire que nous ne savions pas »2, « l'Europe commence à Sarajevo » ; les référents « techtniks » / « oustachis », « M/musulman / bosniaque » / « bosno-serbe » (à l'usage mal stabilisé)3, les belligérants / victimes et bourreaux (qui introduit un point de vue moral dans la description des acteurs du conflit), les agresseurs / agressés (qui permet de faire des « Bosniaques », des populations passives et victimisées, p. 190) ; la communauté internationale ; ainsi que d'autres désignants (urbicide, mémoricide, Milosevic, de géopolitique [Yougoslavie, Macédoine, RSBiH, république BiH], langue, ...).

10A. Krieg-Planque jette également un regard critique sur les textes qualifiés de « clefs » pour comprendre les conflits : le « Mémorandum », la « Déclaration islamique », la « Déroute de la vérité historique ». Bien qu'estimés fondamentaux, leur lecture est partiale, leur analyse embrouillée, leur traduction aléatoire.

  • 4 Tout comme le livre de P. Garde [Vie et mort de la Yougoslavie] a été salué par la presse comme « u (...)

11Au printemps 1993, alors que les nationalistes croates se retournent clairement contre leurs anciens alliés musulmans (p. 129), paraissent deux livres qui auront des incidences sur l'interprétation du conflit : le Livre noir : purification ethnique et crimes de guerre dans l'ex-Yougoslavie, qui montre la culpabilité serbe dans les faits et Le nettoyage ethnique : documents historiques sur une idéologie serbe, qui montre la culpabilité serbe dans les intentions. Ils sont édités au moment où « des questionnements auraient pu surgir sur l'origine de l'expression » (p. 132)4.

12Dès août 1992, la formule passe d'une expression inédite à l'abstraction du concept (p. 252) ; elle s'est imposée à la plupart des commentateurs comme descripteur de la guerre (p. 385). Toutefois, il est paradoxal qu'un terme qui remporte le succès et se répande dans l'univers discursif soit nettement plus souvent qualifié de terme inadéquat que de terme adéquat (p. 448). Les raisons en sont probablement que les perceptions des causes des guerres, des responsabilités dans les guerres, et les « analyses » des événements ne sont pas toujours les mêmes. Comme l'a très bien montré l'auteur, chaque « désignant » des guerres yougoslaves est remis en cause, atténué, expliqué, cautionné, décrié, adopté, rejeté. L'utilisation de la formule varie encore entre descripteur d'un événement singulier et nouvelle catégorie de dénomination, même si cette dernière tendance semble se confirmer.

13Travaillant sur un sujet sensible, A. Krieg-Planque s'est tenue à l'écart des partis-pris de ceux qui sont « pris dans leur moralité » et de ceux qui sont « coincés dans leur vision nationaliste ». C'est un sujet objectivé qu'elle a traité, un travail dense et minutieux qu'elle nous livre ici.

Notes

1 Même si deux occurrences « épuration ethnique » ont paru en France en 1941, il n'en a plus été fait mention avant 1992 (p. 375, n 264), « C'est bien l'expression qui est nouvelle, et non pas nécessairement les différents contenus qu'elle est à même d'accueillir ou les faits auxquels elle est capable de référer » (p. 287)

2 Ce mot d'ordre, bien qu'estimé rattaché à la Deuxième Guerre mondiale, fait en fait référence à celle de 1914-1918 (p. 142).

3 Toutefois, le langage étant porteur de sens, nous noterons, bien que cela ne soit pas le sujet de son travail, l'usage évolutif qu'elle fait de Musulman et Bosniaque, usage qu'elle explique pp. 178-179 : le choix de « Bosniaque » aux dépends de « Musulman » est dirigé par la volonté d'effacer définitivement le critère religieux de la désignation... D'une part, disons le, la désignation « Bosniaque » correspond mieux à la réalité des faits [comprend aussi des personnes de nationalité serbe ou croate qui ont fait le choix d'une Bosnie unitaire ...]. Cela soulève la question, hors sujet de toute façon, de qui décide qui peut et qui ne peut pas être bosniaque.

4 Tout comme le livre de P. Garde [Vie et mort de la Yougoslavie] a été salué par la presse comme « une clé indispensable pour décrypter le déferlement quotidien d'informations contradictoires », sans tenir compte de la polémique dont il a fait l'objet (p. 133).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Michels, « Alice KRIEG-PLANQUE, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire », Balkanologie, Vol. VII, n° 2 | 2003, 231-233.

Référence électronique

Patrick Michels, « Alice KRIEG-PLANQUE, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire », Balkanologie [En ligne], Vol. VII, n° 2 | décembre 2003, mis en ligne le 19 février 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://balkanologie.revues.org/1969

Haut de page

Auteur

Patrick Michels

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page