Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Yves TOMIĆ, La Serbie du prince Miloš à Milošević

Bruxelles / Bern / Berlin / Frankfurt / New York / Oxford /Wien : P. I. E. - Peter Lang, 2003, 165 p.
Diane Masson
p. 233
Référence(s) :

Yves TOMIĆ, La Serbie du prince Miloš à Milošević, Bruxelles / Bern / Berlin / Frankfurt / New York / Oxford /Wien : P. I. E. - Peter Lang, 2003, 165 p.

Texte intégral

1L'ouvrage d'Yves Tomic comble un vide bibliographique important en France, puisqu'il retrace l'histoire de la Serbie (et non des Serbes, ce qui constitue une différence majeure) depuis le début du XIXe siècle jusqu'à nos jours. La démarche de l'auteur, historien de formation, est de resituer les événements des deux dernières décennies du XXe siècle en Serbie (et dans les Balkans) dans la longue durée de la « construction nationale serbe », afin d'en permettre une meilleure compréhension.

2Cinq chapitres retracent ainsi l'évolution de la Serbie : la construction nationale au XIXe siècle ; la formation de l'idéologie nationale au XIXe siècle ; l'intégration nationale des Serbes dans la Yougoslavie ; la question nationale dans la Yougoslavie communiste ; du ressentiment à la guerre. La permanence de la question nationale, récurrente dans l'histoire récente serbe, s'expliquerait notamment par deux faits principaux : d'une part, la Serbie n'est jamais véritablement parvenue à consolider son propre Etat national ; de l'autre – et c'est extrêmement important pour comprendre les relations actuelles entre les Serbes de Serbie étroite et les autres Serbes (Bosnie-Herzégovine, Croatie, Kosovo) – les Serbes dans leur ensemble n'ont jamais été réunis au sein d'une même nation. Dans cet ouvrage, l'analyse des différents Etats yougoslaves depuis 1918 n'est pas négligée et l'on perçoit bien la progression de la position, parfois ambiguë, de la Serbie, ainsi que l'ouverture de la question serbe dans la Yougoslavie communiste.

3Qualifié de « régime politique autoritaire » puis de dérive dictatoriale à partir de 1998, et non de totalitarisme, le système politique instauré par S. Milošević est finement étudié, bousculant un certain nombre d'idées reçues telles que le présumé soutien sans faille des citoyens serbes à leur président ou leur non résistance à sa politique, comme l'a prouvé la « révolution » du 5 octobre 2000.

4L'ouvrage se termine sur un point d'interrogation quant à l'avenir de la Serbie et la capacité de ses nouveaux dirigeants à mener à bien une « transition » qui se révèle relativement chaotique, sur fond de problèmes territoriaux non résolus (Kosovo) et d'union bancale (Monténégro).

Pour citer cet article

Référence papier

Diane Masson, « Yves TOMIĆ, La Serbie du prince Miloš à Milošević », Balkanologie, Vol. VII, n° 2 | 2003, 233.

Référence électronique

Diane Masson, « Yves TOMIĆ, La Serbie du prince Miloš à Milošević », Balkanologie [En ligne], Vol. VII, n° 2 | décembre 2003, mis en ligne le 19 février 2009, consulté le 24 août 2017. URL : http://balkanologie.revues.org/1971

Haut de page

Auteur

Diane Masson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page