Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Rasprave iz hrvatske kulturne prošlosti

[Études sur le passé culturel croate], t. 2, Zagreb : HAZU, 2002, 356 p.
Bernard Lory
Référence(s) :

Rasprave iz hrvatske kulturne prošlosti, [Études sur le passé culturel croate], t. 2, Zagreb : HAZU, 2002, 356 p.

Texte intégral

1Ce deuxième volume d'Études sur le passé culturel croate contient trois copieuses monographies. La première, de Mladen Andreis porte sur le Patriciat de Trogir au Moyen-Age (pp. 5-210) ; c'est une étude minutieuse, basée sur les riches fonds d'archives concernant la vie municipale de Trogir. L'approche prosopographique de l'élite urbaine permet de rectifier un certain nombre d'erreurs contenues dans les armoriaux ou dans les ouvrages d'histoire locale. Un des principaux obstacles réside dans le fait que les noms de famille apparaissent tardivement (deuxième moitié du XIIIe siècle au plus tôt) ; les membres de la noblesse sont désignés par leur prénom, celui de leur père et éventuellement de leur grand-père, ce qui, compte tenu du fonds onomastique limité, des diminutifs et des distorsions entre des noms croates et leurs transcriptions latines peut prêter à beaucoup de confusions. Les arbres généalogiques d'une soixantaine de familles sont reconstitués, dont les familles trogiroises les plus illustres, telles les Andreis, les Cega, les Cippico, etc. En introduction et en annexes plusieurs listes de personnages relatifs à Trogir aux XIII-XVe siècles sont fournies.

2La seconde étude, de Lovorka Coralić, porte sur les Habitants de Hvar résidant à Venise aux XV-XVIIIe siècles (pp. 211-282). Elle s'inscrit dans une série d'études que l'auteur consacre à l'émigration croate à Venise, Ont été successivement traités les migrants de Zadar, de Dubrovnik, de Split dans la cité des lagunes. Si l'on sent bien qu'il y a là une démarche scientifique complexe, on n'en reste pas moins profondément perplexe face à l'étude proposée. En effet, sur une période quatre siècles, l'auteur n'a pu identifier que 62 migrants venus de l'île de Hvar et, à son apogée, la hvarska zajednica (sic) atteint à peine 16 individus ! Quel est donc cet objet d'étude ? À quoi riment ces tableaux et ces graphiques ? Pourquoi solliciter l'attention du lecteur sur ce non-sujet ? Inquiet du grand nombre d'îles que compte le littoral dalmate, nous suggérons à l'auteur d'abandonner le mode monographique pour une synthèse qui éclairera de façon significative la question importante des migrations dans le bassin adriatique.

3La troisième contribution est l'oeuvre de Tomislav Markus et concerne le Journalisme politique zagrébois en 1848-1850 (pp. 283-356). Ces années de tous-les dangers et de tous les possibles exercent une extraordinaire fascination sur les historiens qui les scrutent sous leurs divers aspects. Ici c'est la presse régionale qui fournit l'angle d'attaque. Assez modeste, elle se limite à deux titres au début de la crise, l'Agramer Zeitung et les Novine dalmatinskohorvatsko-slavonske, rédigées par le Slovaque Bogoslav Šulek. Un peu plus tard le Slavenski Jug et la Südslawische Zeitung feront leur apparition. L'étude de T. Markus suit le cours chronologique des événements en exposant les prises de position et les débats qui animent l'opinion à Zagreb et qui reflètent autant l'évolution locale que les grandes préoccupations de la Monarchie habsbourgeoise. La dernière partie est consacrée au développement de la culture politique en Croatie durant ces années.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lory, « Rasprave iz hrvatske kulturne prošlosti », Balkanologie [En ligne], Vol. VIII, n° 1 | juin 2004, mis en ligne le 21 janvier 2010, consulté le 22 mai 2017. URL : http://balkanologie.revues.org/2085

Haut de page

Auteur

Bernard Lory

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page